Mercredi 20 février 2008.



La question est-elle la réponse, (la solution à nos problèmes) ?




Mais quel est la force que dissimule la question ?



Je suis sans cesse bouleversé par mon propre raisonnement...
C'est passionnant, c'est surprenant, c'est étonnant, c'est instructif....
Plus je me pose de questions, plus non seulement çà en amène d'autres, mais plus se déroule le film...
Mais jusqu'où puis-je me rendre sur ce chemin ?
A la folie ? A l'extase ? A la compréhension ? A l'insertitude ? A l'éducation ? A la connaissance ? A l’éveil ?

Et en effet que penser de ce prodige cosmique qui me permet d'aligner ces lettres, ces lignes, ce sens ?
Plus je me répète ce paragraphe, plus en effet, je m'extase devant l'inimaginable, L’incommensurable, l'insésissable, L'impensable, l'(incroyable), La puissance du tout qui me permet de poursuivre cette page...


Source :
http://vadeker.club.fr/beyond/contact/tour_de_magie.html

Citation :
Quant à moi, j'ai encore du mal à croire à ce que je vois. Peut-on imaginer l'univers qui a permis ce tour de force ? Il est peut être temps de prendre son courage pour oser contempler cette immensité et dire ceci :

Affronter le réel c'est observer un tour de magie permanent et je n'ai pas la moindre idée de ce prodige cosmique qui me permet de penser cela. Je suis à la fois spectateur et acteur du tour !
Fin de citation.

En effet...
Mais C'est si vrai, si profond, que je fini par en avoir le vertige...

Et maintenant, je me dis, bien, bien, ce tour est fantastique, mais sans pouvoir s'aventurer dans L’impossible, juste en prenant les chemins qui me sont accessibles, que puis-je faire ?
Que puis-je comprendre ?

Je pense tout à coup a mon squelette, il me fait penser au tour, squelette de notre spectacle interactif.
Et là, tout d'un coup, je me dis, il y a comme un problème, je suis tombé sur un os...
Ce qui c'est construit autour, nous a joué un bien vilain tour!!
Mais comment prendre conscience de notre maladie ? Comment faire comprendre aux autres squelettes qui me fréquentent dans la salle d'attente que nous avons une véritable maladie, peut-être pas incurable, mais toute fois très grave et avancée ?
Comment puis-je informer, aider, réveiller, éveiller, au questionnement ?
Comment puis-je apporter un petit gravier à l’édifice, alors que je suis moi-même un malade par mis les malades ?

Mais où est donc passé le personnel ?
Où sont les infirmiers et infirmières ?
Où sont les docteurs ?
Comment ? Ils sont ivres, raide mort sur leur couche ? !!!!
Mais pas tous comme même...
J'en ai vu quelques uns dans le couloir, se traînant, baragouinant des morceaux hachés de jargon médical, n'ayant ni queue ni tête,
un autre ma tendu sa bouteille, me faisant comprendre que je comprendrai mieux ce qu'il voulais me dire, une fois que j'aurai bu un verre ou deux...

Le temps passe, notre état s'agrave, que faire ?
Je n'y connais rien en médical...
Je ne peux pas conseiller, je voudrai informer, introduire le petit gravier qui fait glisser, qui pousse au raisonnement et au questionnement...
Comment ébrécher cette cuirasse avec des ongles rongés ?
Comment s'en approcher ?

Comment, comment, comment!!
Rien que ce mot, en lui-même, est si puissant...
Plus je l'utilise, plus l'abération du monde se déroule devant moi...


Comment permettons-nous tout cela ?
Comment alors que dès le plus jeune âge on nous fixe des règles de savoir vivre entres élèves à l’école, cela ne s'applique-t-il pas au reste de la société, et à encor plus grande échelle, au monde ?
Pourquoi nous inculque-t-on des règles qu'il faut respecté sous peine de sanctions, au lieu de nous les faire comprendre par les tripes ?
Pourquoi se moque-t-on de l'intéligence de nos enfants ? !!
En effet, à force de vouloir faire croire à l'enfant qu'il est appart, qu'il n'est pas comme les adultes, nous finissons par obtenir un résultat qui semble rendre difficile l'insertion dans la société soi-disant des adultes...
Pourquoi alors que nous insistons pour que nos enfants aient conscience qu'ils sonts petits et qu'ils ne Peuvent pas tout comprendre, qu'ils leurs faut grandir pour comprendre, nous n'appliquons pas ce concept à nous-même ?
Pourquoi remporter la victoire sur notre enfant par la peur de la réaction adulte, ou de la récompense qu'il en récoltera si il obéi correctement ?
Pourquoi insistons-nous autant pour que notre enfants demande pardon, qu’il se rende conte de ses erreurs, alors que bien souvent nous n'en sommes pas capable nous-même ?
Qui est le plus enfantin des deux ?

Mais ou est donc passé la sagesse, ou est passé notre modestie ? !!!!
J'enrage de ma bêtise, de nos bêtises, pauvre de nous, nous ne méritons pas l'intéligence, nous ne nous en servons que très peu, ou très mal...
L'intelligence, n'est-ce donc pas de trouver des solution nouvelle à un problème nouveau ?
Que vallons-nous ?
Que faisons-nous de ce paquet d'atomes qui nous sert de corps, de moulin a bêtises, de par à vent ?
Comment croire que nos enfants seront autre choses que le reflet que nous laissons entrevoir ?
Reflet aveugle à lui-même, triste tragédie...


Je passe sans cesse de l'espoire à la mélancolie, de la réflexion à la dure réalité,
je ne sais que peu de chose, je ne suis que peu de chose...

Combien sommes-nous à nous poser des questions ?
Où sommes nous, qu'attendons-nous, qu'allons-nous faire ? ! ? ! ? !


Amicalement: Canne.
La canne blanche.





Menu principal :



Retour à la page d'Accueil du site.
Conversations avec mon ego.
Quand la famille s'en mêle.
Mes créations sonores.
Mes points de vue, mes idées, mes raisonnements, mon imagination Ethnocentriste et interprétative.
Mes coups de gueule.
Devinettes.
Liens vers d'autres sites.
Liste d'auteurs et d'ouvrages que j'ai lu et apprécié.
Questions adressées aux Ummites (oummites) de Ummo. (il n'y a pas de fumée sans feu.)


Copyright Canne 2008 2033.